30 novembre 2012

THE END

De cols en lacs, en coteaux

 

Dimanche 3 juin, nous sommes  toujours à st Jean Pied de port à contempler la pluie arrosée les prés déjà bien verts.

Foret d’Inary ( 4 au 5 juin).Le soleil revenu ,nous montons dans la foret d’Inary à 1200 mètres d’altitude. Les paysages sont magnifiques et les forets de hêtres un vrai régal chromatique. Une palette infinie de vert nous entoure. Nous rencontrons les habitants d’un camping car qui s’installent à coté de nous  afin de dormir à plusieurs en pleine nature. Le petit lac au bord duquel nous sommes est très bucolique et nous partons nous balader en suivant le GR 10 jusqu’au col.  Malgré les beaux paysages traversés tout au long de notre périple, nos Pyrénées savent toujours nous enchanter et nous charmer. En chemin, nous rêvons de  suivre le GR 10, le chemin de st jacques de Compostelle, bref de longue balade à pied…

Après une nuit de repos nous reprenons la route , nous laissant glisser le long de l’autre versant à la découverte de la passerelle de Holzarte.

Holzarte-st engrace (5 juin)

Nous suivons un autre bout du GR10 durant ¾ d’heure avant de nous retrouver face à une passerelle de 100 mètres suspendue à plus de 100 mètres de hauteur au milieu d’une gorge.

_MG_6969  indiana, nous voilà!

C’est beau, une petite traversée et nous voilà reparti vers Saint engrace et ses gorges. Nous sommes en zone pastorale et  nous croisons des animaux en liberté tout au long des chemins et des routes. Les transhumances  commencent. Nous découvrons la montagne en juin, qui se prépare pour l’été avec de belles et très longues journées ensoleillées. Nous poursuivons sur une petite route  qui serpentent  dans la montagne jusqu’au col de la pierre saint martin où nous passerons la nuit.

La pierre st martin(5 au 6)

Il est surprenant de découvrir au tournant de la route un paysage totalement minéral. La pierre blanche des montagnes parsemées de fissures donne une ambiance particulière. Le village est désert, il ne s’éveillera qu’à partir du 13 juillet, journée de fête. Le lendemain , nous redescendons dans la vallée pour une étape plus mystique.

Lourdes(6 et 7 juin). Après Fatima , nous voulions faire étape à Lourdes . Nous tournons plusieurs fois dans la ville à la recherche d’une place pour nous poser pour la journée et la nuit, en vain.

Le sanctuaire est géant, il y a plein de monde partout, à pied en fauteuil, en brancard, il y a même des pistes pour fauteuil , signalées comme les pistes cyclables. Nous nous promenons dans la ville à la découverte de la vie de la petite Bernadette, de  la ville, de son château et de ses vieilles rues.  Nous allons admirer le sanctuaire  avec ses cathédrales et la grotte, puis nous retournerons les pieds en compote au camping nous reposer.

_MG_6974  à l'affut de miracles

Bagneres de Bigorre et le lac de Payolles(7 juin-10juin)

Après avoir sauté d’une vallée à l’autre, nous faisons halte à Bagnères où nous recevons Philippe, un ami de longue date, qui vient partager notre repas.

Après une visite de la ville, nous repartons dans la montagne vers le lac de payolles. Nous sommes époustouflés par le lieu. Une aire de camping car bien équipée avec une belle vue, un lac entouré de montagne verte et de pics  tel le pic du midi qui se reflète dans l’eau.

_MG_6989  _MG_6987

 

Tout autour, des troupeaux de vaches et de chevaux paissent en paix.

_MG_6977  _MG_6981

gourmands attirés par le vieu pain                  lever magique

 

Stéphane galope vers les différents cols  et nous faisons de belles balades. C’est un endroit où nous reviendrons rapidement.

Retour à Auragne (10 juin-17h)

Nous descendons de nos montagnes, en traversant un bout de Gers pour aller saluer « l’animal » et sa famille  avant de prendre le chemin du retour .
Le cœur lourd,  les derniers kilomètres sont avalés. Nous retrouvons plein d’émotions notre village et malgré la pluie qui tombe drue, des habitants, des amis sont venus nous accueillir.

Nous sommes aspirés par le tourbillon des retrouvailles, heureux de revoir toutes ces personnes. Cette ivresse est agréable et nous permet d’atterrir doucement. Nous avons l’impression que c’était hier que nous sommes partis  avec ces mêmes personnes au coin de la rue qui nous saluaient.

Une fois tout le monde parti, nous réinvestissons notre maison, tout fonctionne… pour le moment.

Bernadette d’Auragne et pas de Lourdes nous a concocté un petit plat que nous dégustons totalement déphasés et un peu perdu. 

 Nous aurons du mal à trouver le sommeil , nous  demandant si nous n’avons pas rêvé. Ce voyage était-ce un rêve, une distorsion du temps, une autre dimension ou le tout à la fois ? La réadaptation ne sera pas si simple.

Les premiers jours nous sommes dans les papiers, un an de courrier non lu,  les impôts à déclarer, les enfants à inscrire au collège, les rendez vous pour les visites de reprise de travail ou l’inscription au pôle emploi. C’est un tourbillon. Les jardins sont des jungles et les toiles d’araignées peuplent nos plafonds (de la maison sans roues).

Au bout d’une semaine, nous fuyons nous refugier dans les Pyrénées, affolés par la rapidité avec laquelle nous avons été aspirés dans cette tornade infernale. Nous stoppons tout et jurons que l’on nous y reprendrait plus. Détendus et reposés, nous revenons et nous reprenons tranquillement le cours de notre nouvelle existence en veillant à ne pas nous laisse emporter par la folie que nous avions fui…

Après la rentrée scolaire qui s’est bien déroulée, nous accueillons un nouveau compagnon récupéré à la SPA, ainsi que quelques poules. Nous entamons une nouvelle période de notre existence.

_MG_7005  eden, la nouvelle compagne 

Si nous devions faire un bilan de cette aventure nous pouvons dire que nous sommes heureux de l’avoir fait et quoi que tout le monde puisse penser le plus dur n’est pas le départ mais le retour...

Nous avons fait un beau voyage, eu des relations privilégiées avec nos enfants et entre nous, rencontré des gens adorables coupés des enjeux du monde moderne et retrouvé des valeurs simples et tellement vraies. Nous avons été des privilégiés et nous savourons pleinement nos souvenirs… en attendant le prochain départ.

Posté par Les 4 Peuch à 17:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur THE END

Nouveau commentaire