19 octobre 2011

CRNO GORA et SHQUIPERIA

Monténégro

Mardi,  après les cours et le repas, nous partons en direction du Monténégro en suivant la route côtière qui descend vers le sud. Avant la frontière, nous faisons une halte en supermarché, histoire de finir nos derniers kunas. Pas de problème de passage pour la frontière de sortie, par contre la queue est bien plus longue à la douane pour le Monténégro, de nombreuses voitures en provenance de l’Italie sont arrêtées et fouillées. Nous prenons sagement la file et une dame vient nous réclamer 3O euros pour une écotaxe. Elle n’a aucun insigne  ni signe particulier. Nous lui demandons donc qui elle est et prétextons ne pas avoir de monnaie pour atteindre la douane. Le douanier  prend nos passeports et nous explique qu’il nous les rendra lorsque nous aurons payé la vignette. Nous apprendrons plus tard que notre vignette ne vaut que 10 euros et qu’ils se sont partagé la différence. Tans pis, ce sont les aléas du voyage…

La monnaie du Monténégro est l’euro même si ce pays n’appartient pas à la zone euro. .. !

Kotor : Nous arrivons à l’entrée des bouches du Kotor. C’est une formidable entrée de mer dans les montagnes, à la manière d’un fjord. Nous décidons de prendre la route qui en fait le tour.  

71 BOUCHE KOTOR LE 4 OCTOBRE (1)  71 BOUCHE KOTOR LE 4 OCTOBRE (4)

Nous passons par de jolis petits villages de pêcheurs. Ce pays est plus pauvre et plus authentique que la Croatie. Il y a d’ailleurs très peu de touriste. Nous faisons des haltes afin de mieux découvrir la vue et les villages  avant d’arriver à Kotor, la ville. Nous prenons place sur un parking 24 heures à coté d’un camping car français. La ville est superbe, des remparts descendent de la montagne abrupte et viennent mourir dans la ville fortifiée.

Les dalles luisantes sont toujours d’actualité créant  une continuité avec les villes croates. Nous jouons à nous perdre dans le dédale de rues. L’odeur d’une boulangerie, nous ramènera sur la place. Nous en profitons pour acheter des bureks  à la viande pour le repas. 

72 KOTOR LE 5 OCTOBRE (3)       72 KOTOR LE 5 OCTOBRE (8) église san Luca

Le soir,  nous rencontrons nos charmants voisins. Ils sont des Vosges. Les enfants jouent avec leur chien. La ville est bruyante, le klaxon est  utilisé et il y a du monde partout. Les lumières sur la ville et sur la baie sont magnifiques. Nous dormons là (15 euros). Le lendemain, nous refaisons un petit tour en ville et des courses au marché sur le  port. Nous apprécierons le fromage et le jambon de pays que nous prendrons pour le repas du midi.  

Cetinje : Nous prenons une route qui grimpe en lacet dans la montagne, 27 virages en épingles et le précipice tout du long. Nous passons de 0 à 1200 m d’altitude en quelques kilomètres. La route est étroite et heureusement que de temps en temps de petites alcôves sont aménagés dans la paroi ou sur des  terrasses. Arrivée en haut, nous avons une vue extraordinaire sur la mer et sur toute la bouche de Kotor.

73 MONTEE CETINJ LE 5 OCTOBRE (2)

En redescendant le paysage change. Nous sommes en montagne avec l’agriculture, l’élevage et les petits villages. Les couleurs sont devenues automnales.

Nous arrivons à Cetinje, l’ancienne capitale autour de 800 m d’altitude. Nous nous installons au parking devant les monuments à visiter. Un papi, nous saute dessus pour le paiement. C’est 10 euros la journée, 2 seulement pour les voitures. On  y restera la nuit  car c’est surveillé. Un autre camping car , suisse,(1 pick up avec cabine au dessus) est sur le parking.

Nous partons à la visite des monuments ; un monastère, le palais billard et la maison de Nicolas 1er. Il y a plein d’anciennes ambassades dans la rue piétonne principale. L’ambiance est très sympa, détendue avec un brin de nonchalance. De retour au camping car nous mangerons et faisons les cours. Le parking est occupé par un marché de souvenirs  et de babioles en tout genre. Des voitures épaves  posés sur le parking servent de lieu de stockage.

74 CETIJ LE 6 OCTOBRE (1)

Nous rencontrons les occupants de l’autre véhicule, Nicolas et Emmanuelle avec leurs 2 filles. Ils ont passés quelques jours  au Monténégro et  ils nous indiquent des « bons plans ». Le gardien du parking leur fait signe de partir car leur temps est fini, il crie gesticule (c’est assez local) et au final arrive avec une grosse part de gâteau au chocolat pour les enfants. Ils repartent  plus à l’est dans le parc national. Nous reprenons notre train-train et la classe. En fin d’après midi, nous achèterons des bureks au fromage et à la viande (c’est trop bon…).

Le soir arrive, les vendeurs plient leur étalage et la faune de la nuit arrive, il y aura du bruit, une vingtaine de jeunes sont posés sur le marché mais nous ne seront pas ennuyés. Au petit matin, nous observons que notre batterie cellule a de grand signe de faiblesse. Nous allons donc redescendre sur la côte pour trouver une batterie dans un port. Nous ferons les cours un peu plus tard.

Budva et petrovac

Sur la côte, nous retrouvons la civilisation. Nous nous arrêtons dans un parking payant à proximité de la vieille ville. Pendant que l’on fait les cours Stéphane part à la recherche d’une batterie à décharge lente, en vain. Peu de temps après un camping car français vient se poser à coté de nous. Ils reviennent de Grèce et ont traversé l’Albanie, à l’aller par la cote et au retour par le centre. La route était catastrophique du 15 à l’heure. Nous sentons que nous resterons sur la cote albanaise. A la fin des cours, nous partons visiter la vieille ville. On retrouve la ville fortifiée entourée de rempart et un petit port où trône les gros bateau à moteur à la manière de saint trop.

Affamés par nos pérégrinations, nous allons dans un restaurant que Stéphane a repéré en faisant son tour. Le repas de midi salade + gullash + macaroni coute 3 euros , INES choisi des calamars grillés avec des pommes de terre( 8 euros) excellent et Loïc, un gros steak haché frites avec des légumes grillés(4,5 euros). Repus, nous retournons au camping car et nous reprenons la route côtière. Nous nous arrêtons  dans différents  petits monastère en surplomb de la route ; ils sont magnifiques. Nous tentons de dormir sur le parking d’un monastère mais on nous refuse l’autorisation. Nous ne sommes pas sur qu’ils aient bien compris notre demande. Nous passons devant i un joli village relié par une bande de sable à la terre. Nous nous arrêtons dans un camping à Petrovac. Il coute 10 euros pour la nuit avec électricité et douche chaude. Nous sommes trois au camping. Nous partons à la plage qui est une baie ouverte avec de petits graviers, des falaises et des petites iles.

75 PETROVAC LE 6 OCTOBRE (2)

Le Monténégro a quelques possibilités de développement touristique et en particulier dans cette région, mais il y a du boulot. Le coucher de soleil sur les montagnes est superbe. Le lendemain, nous sentons que l’orage tourne et que la pluie n’est pas loin.

Après la matinée de cours, nous partons pour le lac skodar et la petite route qui le longe.

Le lac skodar

Nous prenons le tunnel qui permet de rejoindre la cote à la capitale, superbement moderne. Nous arrivons au bord du lac et nous nous engageons dans une minuscule rue avec quelques appréhensions.  Un homme nous fait signe de nous garer sur le coté  pour avoir des informations touristiques. Quelques kilomètres plus loin, une voiture arrive et le conducteur nous dit que pour visiter le lac , il y a un bateau qu’il fallait se garer là où le vieil homme nous disait, que la route est très étroite et que nous allons avoir beaucoup de difficultés à passer. Nous ne savons pas si ces renseignements sont vrais ou si c’est de l’argument pour vendre sa croisière. Ils nous annoncent du mauvais temps pour les jours suivants.

La route est, en effet,  étroite; elle est accrochée à la falaise en surplomb  du lac. Il y a maxi 20 cm de chaque coté du camping car. Heureusement que de temps en temps des niches sont creusés dans la montagne pour permettre le croisement.  Les croisements sont des manœuvres de précision. La vue est splendide et vertigineuse. Il est par contre impossible de s’arrêter pour prendre des photos. De temps en temps, il ya des petits villages de montagne. Aucun panneau n’indique la route à prendre. Nous choisissons la route la moins étroite ou celle qui suit la rive du lac. Dans la première partie du lac, sur les iles, des monastères orthodoxes ont été construits. Dans la deuxième partie, nous croiserons des mosquées. Nous avons changé de région et de majorité religieuse. Epuisés, les yeux remplis d’images nous arrivons sur la grande route et nous décidons de continuer la route vers l’Albanie.

ALBANIE

Skodar( la ville) et Bushat

Nous passons la frontière, vendredi 7 octobre, sans aucun problème. Le douanier albanais nous parle d’un match de foot France Albanie mais nous ne sommes pas au point. Cela sera la plaisanterie la plus courante lors de nos futures rencontres.

De l’autre coté, le changement est brutal, la pauvreté est flagrante et les ordures sont très présentes dans le paysage. Des mendiants tendent la main au bord de la route. Nous sommes à un poste frontière et ces coins là ne reflètent pas le pays.

Nous avons l’adresse d’un camping tenu par un hollandais. Nous suivons les  indications et arrivons dans un petit village. Nous nous y installons le temps de prendre nos marques et le temps que l’orage passe. Le camping est inondé, l’orage a fait des dégâts la veille et l’électricité est aléatoire  et internet ne fonctionne pas. Dans la nuit, l’orage reprendra et il se déchainera. La pluie ne s’arrête pas et nous décidons de nous poser un jour  en attendant une accalmie.

Le lendemain samedi 8 octobre, nous rencontrons un français qui voyage en vélo autour du monde. Il est parti depuis 2 mois de Paris. Nous allons visiter le village avec lui. Nous sommes observés comme des bêtes curieuses. Il y beaucoup d’hommes ou des garçons dans la rue. Par contre, nous ne rencontrerons pas de jeune fille. Les femmes  sont dans les commerces. Les gens  sont extraordinaires, ils discutent très facilement sont curieux et très gentils.

Dimanche, 9 octobre, pas classe ce matin, nous reprenons la route. Nous proposons à Ronan, le cycliste,  de l’avancer jusqu’à la prochaine grosse ville. Nous voilà  à 5 dans le camping car.

76 BUSHAT LE 7 OCTOBRE (1)

KRUJE

La route est un peu chaotique  jusqu’ au village et nous pouvons  sur le chemin voir les boucheries en plein air. Nous sommes très  loin des normes européennes d’hygiène. L’Albanie est notre premier pays aux saveurs exotiques. Nous nous arrêtons au bout de la route au parking gardé au milieu du village, situé à prés de 600 mètres d’altitudes. C’est l’ancienne capitale (au milieu du 15 ème siècle). Nous sommes à coté du Bazar qui a été réhabilité en 1960. C’est déjà un petit aperçu de l’orient avec toutes ses boutiques et ses étalages. Le chemin du bazar amène à la forteresse  (Construite au VI et reconstruite au XIII) en haut de la colline.

77 KRUJE LE 9 OCTOBRE (1)  77 KRUJE LE 9 OCTOBRE (3)

77 KRUJE LE 9 OCTOBRE (8)

Les vendeurs  sont sympas, un peu de marchandage, d’humour, des échanges dans toutes les langues  mais aucune agressivité. D’en haut, il y a une vue sur toutes les montagnes environnantes et sur la ville. Sur le chemin de retour, nous nous arrêtons chez le boulanger. Il est posé derrière son établi avec les sacs de farine à coté et le four de l’autre, c’est que de l’authentique  et le pain à l’air trop bon.  Nous allons au restaurant et nous avalons des pizzas.

Le gardien du parking monte sur la terrasse du bar d’à coté pour mieux dominer son territoire et réglementer  la circulation ; tant mieux car le camping car dépasse sur la chaussée. Nous reprenons la route avec notre nouveau passager qui souhaite nous accompagner jusqu’à Bérat, ville classé Unesco au centre de l’Albanie.

Bérat

La route est longue et la vitesse réduite au vu de l’état de la route. Arrivée de nuit sur la place, au pied de la citadelle, nous ne savons où nous poser. Stéphane descend pour faire un tour et il se fait interpeller par le proprio d’un restaurant qui nous propose de rester dormir sur son parking pour 200 lek soit moins de 1 euro 50. C’est super et en plus nous avons la vue su la vallée, de son parking. Posé à l’abri dans son jardin, nous irons prendre une soupe typique albanaise, excellente chez lui pour 2 euros la soupe. Il nous bichonne. Nous sort les serviettes propres dans les sanitaires, le papier toilette. Que de petites attentions bien agréables. Ronan choisira de dormir sous une table sur la terrasse.

Lundi 10 : Visite du magnifique village  ou plutôt de la forteresse- citadelle, toujours en état et en plus habitée et vivante (entrée 100 lek pour les adultes).

78 BERAT LE 10 OCTOBRE (9)  78 BERAT LE 10 OCTOBRE (10)

Construite à la fin du 4 av JC, cette forteresse a été reconstruite et élargie au fil du temps, les remparts ont été finis en 1440. Au début, il y avait 32  églises, aujourd’hui, il n’en reste que 7.

78 BERAT LE 10 OCTOBRE (1)  78 BERAT LE 10 OCTOBRE (3)

On trouve aussi 2 mosquées dont une a été construite avant l’invasion des turcs.  Une citerne souterraine du palais des pachas est aussi visible. Il y a une petite église byzantine superbe, St Nicolas. Un homme, depuis que l’on est rentré sur l’acropole, nous fait le guide.

78 BERAT LE 10 OCTOBRE (11)

En sortant de la citadelle, nous descendons vers les quartiers autour de la ville (quartier Mangalem). Il y a une atmosphère de village de montagne, on pourrait se croire au Népal par moment mais certainement hors du temps. C’est très particulier et très agréable.

78 BERAT LE 10 OCTOBRE (20)  78 BERAT LE 10 OCTOBRE (8)

Notre  batterie cellule est toujours  faiblichonne et nous devons nous brancher dans le restaurant. Finalement, c’est le départ pour Apollonia, nous remercions l’aubergiste et nous reprenons la route. (Angjell au restaurant « lazaro »).Nous achetons de l’eau spéciale pour remplir la batterie à la station service. L’état de la route est lamentable et quelques kilomètres plus loin, un grand bruit se fait entendre à l’arrière, le porte vélo vient de lâcher, les vélos sont sur la route. Arrêt presque immédiat au bord de la route, car nous trainons les vélos toujours attachés. Stéphane et Ronan entreprennent une réparation pendant que pour les enfants les  cours reprennent.

79 ROUTE POUR APOLINIA LE 11 OCTOBRE (2)

Des automobilistes ralentissent ou s’arrêtent pour nous demander si nous avons besoin d’aide. Des bergers passent. Nous repartons après une réparation qui, nous espérons, tiendra.

79 ROUTE POUR APOLINIA LE 11 OCTOBRE (7)

La route est affreusement mauvaise, il y a des trous énormes, des passages sans revêtements….Puis tout à coup, c’est la surprise. Des champs de pétrole nous entourent, et bien sur des derricks, des pompes, des citernes, c’est surréaliste. Il y a même des moutons au milieu.

79 ROUTE POUR APOLINIA LE 11 OCTOBRE (14)

Nous arrivons à Fier où nous demandons notre chemin. Il faut dire que depuis le Monténégro le GPS ne nous sert plus à rien il ne connait qu’une route( et encore), la principale par pays. De charmantes dames, nous font même un dessin sur un bout de papier. Arrivé à la  tombée de la nuit à Apollonia, nous nous installons sur le parking du site. Ronan monte sa tente,  à l’arrière du camping car. Il y a un autre camping car sur le site, nous allons les voir et nous découvrons une famille de français avec  4 enfants. Nous prendrons l’apéro ensemble, les enfants dans un camping car , les adultes dans l’autre.

Apollonia

 Dans la nuit, les cris de différents animaux sauvages  et les aboiements des chiens me réveillent.  Une chouette à même élue domicile sur notre toit. De là haut, elle a une vue superbe sur l’environnement et la chasse n’est que meilleure. Lorsque j’ouvre le volet de ma fenêtre, elle vient se poser dessus et nous passons un bout de temps à s’observer, à 20 cm de distance l’une de l’autre. J’imagine que je dois avoir les yeux aussi ronds qu’elle.

80 APPOLINIA LE 11 ET 12 OCTOBRE (40)  80 APPOLINIA LE 11 ET 12 OCTOBRE (43)

Mardi 11,Le matin, de nombreuses personnes sortent de petits chemins, on dirait qu’ils sortent de fourrés. Il doit y avoir des habitations dans les alentours mais pas de routes pour s’y rendre. Chaque passant nous salue de la main, nos rendons les saluts ,il y a même un berger qui viendra  dans le camping car nous serrer la main. Les cours reprennent et Loïc expédie ses cours afin de  jouer rapidement avec les autres enfants. Stéphane  et Gael  sont partis avec leurs 4 enfants  pour un tour d’Europe de 6 mois. Ils nous passent des renseignements sur des lieux de stationnement et nous prendrons  le repas en commun et finiront avec des cerfs volants. Ils reprennent la route et partent pour Butrint , nous échangeons nos contacts car nous pouvons nous retrouver sur le chemin.

La visite d’Apollonia, superbe site, se fait l’après midi.

80 APPOLINIA LE 11 ET 12 OCTOBRE (11)  80 APPOLINIA LE 11 ET 12 OCTOBRE (15)

C’est le plus grand parc archéologique du pays. Elle a été fondée par des colons grecs vers 600 av JC et a été abandonné au IV ème siècle. Depuis personne ne l’habite ce qui explique son excellent état de conservation. Elle a connu l’occupation romaine, puis les goths. Au XII ème siècle avec l’implantation du monastère sainte marie, le site retrouve une occupation. Les fouilles débuteront lors de la première guerre mondiale sous contrôle austro-hongrois. Entre les 2 guerres, les français prennent le relais, puis pendant la 2ème guerre les italiens. Le site ne sera ouvert qu’après 1991, après la chute du régime communiste.

80 APPOLINIA LE 11 ET 12 OCTOBRE (17)  80 APPOLINIA LE 11 ET 12 OCTOBRE (29)

Nous sommes, en dehors, des archéologues seuls sur le site, ses vestiges nous racontent en exclusivité leur histoire. C’est une sensation grisante. Nous discutons  un peu avec les archéologues sur les fouilles, les autres sites et nous retournons au camping car.

80 APPOLINIA LE 11 ET 12 OCTOBRE (24)

Le soir nous revoyons les gens  passés autour de nous, re- salut  et les « au revoir ». Et une nuit de plus avec ma chouette sur le toit du  camping car et  les aboiements des chiens au loin.

Butrint et Ksamil

Mercredi 12 octobre, nous sortons d’Apollonia  et nous passons à Fier. Nous avons toujours notre passager clandestin, Ronan, qui nous accompagne un petit bout de route en plus. La circulation sur la route est un peu anarchique. Nous nous arrêtons au village faire le plein d’eau au lavazh gratuitement.  Pendant ce temps, je fais des courses et discute avec les marchandes de burek, et l’épicière. L’épicerie prête son tuyau pour qu’on  puisse faire le plein… Plus loin sur la route, il y a eu un accident de la route, la police est là, elle prend les mesures au mètre. Plus loin nous rencontrerons une vraie route, on fait du 9Okm/h. Ce qui devait arriver, arriva, Stéphane se fait arrêter et  gronder gentiment. Après la grande route, nous prenons la route côtière et les passages de cols qui sont absolument splendides.

83 BUTRINT LE 13 OCTOBRE (32)  83 BUTRINT LE 13 OCTOBRE (33)

De petits villages avec de petites plages ponctuent le voyage. Nous nous tremperons les pieds et plus pour certains  au passage. Nous arrivons à Ksamil à la nuit tombée. Nous trouvons l’adresse du camping que nous a indiqué la famille de français mais la route pour y aller à l’air peu praticable. La ville est bizarre, il y  a des maisons écroulés par endroit comme si un ou plusieurs piliers avaient lâché ou alors … un tremblement de terre.

83 BUTRINT LE 13 OCTOBRE (46)

Nous apprendrons qu’il s’agit  de mauvaise fabrication de ciment pour faire des économies. Une voiture s’arrête devant nous et nous propose de nous amener à un camping. Nous le suivons et nous arrivons au camping paradise. Le camping est fermé mais on peut rester sur le terrain au bord de la plage pour 5OO lek soit 4 euros. C’est génial, la crique est splendide et les garçons (Stéphane, Loïc, Ronan) partent faire des courses dans le village.

Le lendemain matin, jeudi 13 0ctobre, cours et baignade, surtout Loïc et Ronan.

83 BUTRINT LE 13 OCTOBRE (43)

L’après midi, nous partons visiter le site archéologique de Butrint. Ce site se trouve dans un espace humide protégé. Le paysage est superbe. Le site est aussi magnifique, c’est le plus beau d’Albanie. Ce site a des ruines de l’époque grecques à médiévales.

83 BUTRINT LE 13 OCTOBRE (5)  83 BUTRINT LE 13 OCTOBRE (8)

Nous sommes depuis quelques temps au milieu de ruines datant de l’époque grecque, sans personnes, avec l’histoire que pour nous. On en profite cela ne sera pas pareil en Grèce.

83 BUTRINT LE 13 OCTOBRE (17)  83 BUTRINT LE 13 OCTOBRE (64)

A la fin de la visite, nous décidons de prendre le bac et de partir en Grèce qui n’est pas loin. Nous prenons donc le bac pour traverser le lac et continuons la route sur des chemins de terre.

83 BUTRINT LE 13 OCTOBRE (52)  P1380028

Nous sommes prêts pour voyager en Afrique, ça y est.

83 BUTRINT LE 13 OCTOBRE (53)  P1380029

Finalement, nous rejoignons une route qui va à la frontière que nous passons sans problème avec Ronan toujours avec nous. Descendus des montagnes et ayant rejoint la cote à Igoumenista, nous empruntons l’autoroute pour les météores. Plus rien à voir avec la route albanaise, il y a du goudron sur la route, pas de trou et plusieurs voies. Par contre, il y a des tonnes de panneaux partout et des éclairages sur l’autoroute, on comprend que la Grèce soit endettée. Il y a eu surement des abus dans les commandes…. A notre gout. A la nuit tombée, nous nous rendons compte que nous n’avons pas de feu de croisement. Nos ne pouvons donc pas continuer à  rouler. Nous sortons de l’autoroute et nous nous arrêtons à Dodoni, un petit village au nom évocateur pour dormir sur un parking. Le lendemain, vendredi 14 octobre,  nous reprenons la route et nous arrivons au météore. A la fin de l’autoroute, nous avons retrouvé la petite route de montagne avec les nombreux camions et un plus rock en roll que les autres, surtout pour sa conduite.

P1380061   photo spécial dédicace pour Daniel

Si je devais faire un point sur ce passage en Albanie, je dirais que l’Albanie est un pays a visiter rapidement tant que ses habitants sont aussi charmants aussi authentiques et accueillants. Le tourisme arrive du moins des infrastructures hôtelières  se construisent un peu partout mais toutes les infrastructures ne suivent pas. Par exemple, pour les ordures il ya des poubelles mises en places mais la plupart du temps, tout est à coté ou alors le feu est mis dedans pour faire le traitement et nous ne sommes pas sûr que l’organisation des déchets ménagers soit au point. Bref, il y a du boulot avant que ce soit au gout du touriste critique.

Posté par Les 4 Peuch à 18:40 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur CRNO GORA et SHQUIPERIA

    coucou les copaings

    Beau parcours, finalement pourquoi pas un jour l'Albanie...J'espère que vous arrivez à suivre le dépaysement car quand on relit tout c'est fou la variété et la richesse des paysages.
    Ici ça ne change pas sauf qu'il commence à faire froid.

    Je suis curieuse de lire comment vous percevez la Grèce et les Grecs dans leur contexte économique.

    Et comme je suis sûre que vous vous demandez bien qui est passé aux primaires socialistes, c'est Hollande qui représentera la gauche. Et oui ça y est Carla a accouché hier et c'est une fille ! Nicolas est aux anges...
    trève de plaisanteries des gros bisous, je retourne bosser.

    Posté par Cath, 20 octobre 2011 à 15:14 | | Répondre
Nouveau commentaire